L'EST REPUBLICAIN
,
13 octobre 1997
.

Tel des oiseaux sous les voutes de notre dame de Lourdes.

Deux danseurs acrobates ont flirté avec les anges et la poésie pour une paroisse en fête.

Superbe le spectacle offert dimanche sous les voûtes de la basilique Notre Dame de Lourdes par Véronique Stekelorom et Antoine Dubroux danseurs clowns, acrobates et poètes devant l'éternel à l'occasion de la fête paroissiale.
Il y avait déjà un goût de liberté dans cette disposition particulière de la demeure sacrée livrée aux poètes du cirque.
Un portique, deux perches, quatre câbles tendus au milieu de la nef, et tout autour une foule tranquille.

 

Les chants des oiseaux envahissent l'édifice qui se mêlent aux joyeux babillage des gamins qui attendent patiemment le début du spectacle.
Ils commencent au ras du sol. Dans un tonneau bleu métallique qui va permettre à l'artiste de défier la pesanteur, grâce aux mouvements, à la couleur, au rythme, au comique. Poésie, drôlerie, magie, énergie.
Le spectacle s'élève dans les airs. Progressivement. Les artistes jouent avec les espaces comme avec le temps.
Apprivoisent ces quelques éléments, une perche, une double corde, un balancier, un portique, pour prendre de la hauteur.
Ces deux oiseaux du ciel décrivent dans l'espace décrit entre deux piliers, voisins des anges et des saints qui sont aux fenêtres, leurs plus belles envôlées lyriques.
Un duo d'amour et de lumières d'une simplicité et d'une poésie, d'une liberté et d'une drôlerie fascinantss. Tour à tour aigles et poissons, anges et démons. Leurs ombres s'accrochent aux ogives. Lenteur. Maîtrise de l'espace, respect du temps.
Les émotions, la peur, la frayeur, la solidarité, l'amour, l'audace, la différence,l'échange, la chance, la paix...Superbe. Un pur moment de poésie qui peut tout aussi bien être une prière.

Marie-thérèse COLIN

Retour | Sommaire